logo florilège

PRÉSENTATION

En décembre 1999, Louis-Antoine Laroche dirige un octuor vocal en vue d’un concert de Noël. Après réflexion, c’est à l’automne 2004 qu’il fonde, avec l’aide de Claire Boudreau et Claire Murphy, pianiste, l’ensemble vocal Florilège composé alors de 12 voix. En 2007, cet ensemble vocal est porté à seize voix mixtes, puis à vingt-six en 2014. Il est magnifiquement accompagné du pianiste Réjean Laplante.

L’Ensemble vocal Florilège se dédie à la musique dite classique.

 

Louis-Antoine Laroche
Louis-Antoine Laroche

LOUIS-ANTOINE LAROCHE, baryton, est né à Pont-Rouge, Québec. En 1986, il est bachelier en musique de l’Université d’Ottawa. Il compte parmi ses professeurs : Ingemar Korjus, Agnès Grossmann et François Bernier. En 1989, il obtient une maîtrise en interprétation vocale sous la direction de Madame Louise André de l’Université Laval. Il a travaillé depuis avec Joan Patenaude-Yarnell (New York) et Cynthia Hoffmann (Graz).

En 1989, il est finaliste à New York au concours Bruce Yarnell Memorial Award. À trois reprises, il participe à des stages de musique en Europe. En 1991, il est semi-finaliste au Meistersinger Competition en Autriche.

Membre du Trio lyrique du Québec (1988-90) et du Théâtre lyrique du Nord (1990-91), Louis-Antoine a la passion de son art. Il prête sa voix à plusieurs personnages d’opéras et d’opérettes : Golaud dans Pelléas et Mélisande de Debussy, Lysander dans Le Songe d’une nuit d’été de Britten; il tient le rôle titre dans L’Ivrogne corrigé de Gluck, Eisenstein dans La Chauve-souris de J. Strauss, Pippo dans La Mascotte de E. Audran. En 1992, il est invité à chanter, avec Opera Piccola Bremen en Allemagne, le rôle de Melchior dans Amahl and the Night visitors de Menotti. Louis-Antoine a aussi chanté avec l’Opéra comique du Québec, l’Opérette de Chicoutimi, l’Opera Lyra, la chorale de l’Université d’Ottawa ainsi qu’avec l’Orchestre symphonique régional de l’Abitibi-Témiscamingue. En 2003, Jacques Marchand compose pour lui le cycle de mélodies «Les Chants de mon coeur», sur des poèmes de Margot Lemire, qu'il interprète avec l'Ensemble Aiguebelle.

De 1992 à 1997, il est titulaire de la classe de chant du Centre musical En sol mineur de Rouyn-Noranda. Parallèlement, il dirige la chorale les Baladins, offre des ateliers de technique vocale et des classes de maître. Depuis 1997, il enseigne la musique à l’école secondaire. Il forme avec son épouse, Claire Boudreau, le Duo Florilège et il est directeur fondateur de l’Ensemble vocal Florilège.

 

ET ILS DISENT

« Louis-Antoine Laroche est un peintre en son. »
Hélène Picher, musicologue, chargée de recherche en musique, Université Laval, Québec

«(…) Le jeune baryton interprète Golaud (Pelléas et Mélisande) avec beaucoup d’assurance et de goût, dépeignant avec force et sincérité le côté torturé du personnage dans la scène capitale avec le petit Yniold (…). »
Marc Samson, Le Soleil, Québec

« It was stunning how his performance gained in depth and power of conviction. The poems came to glowing life in his singing. (…) His performance had the air of authenticity. »
Dr. Wolfgang Lockemann, Professor of Poetry of the German Lied at Aims, Graz (Austria)

« Louis-Antoine Laroche a tout à fait la naïveté de Pippo (La Mascotte), le berger amoureux de la mascotte. »
Claude Gingras, La Presse, Montréal

« His innate talent, stage presence and voice are immediately classified at a high level. His diction, especially his articulation in all languages, plus his theatrical flair command attention in any situation. »
Irma Cooper, Head of Voice Studies at Aims, Graz (Austria)

« Mais la palme des palmes revient au baryton Louis-Antoine Laroche dans le rôle principal de Gaillardin (La Chauve-souris). (…) Quelle aisance scénique! »
Daniel Lejeune, La Frontière, Rouyn-Noranda

« La chorale Les Baladins de Rouyn-Noranda, une chorale complètement renouvelée sous la brillante direction de Louis-Antoine Laroche. Un spectacle où régnait un son mélodieux, tout en nuances! »
Karine Villeneuve, La Frontière, Rouyn-Noranda

« (…) il possède les aptitudes ainsi que les attitudes nécessaires pour voir à l’amélioration de ses pratiques et à l’avancement de ses élèves. »
Réal Boucher, Professeur, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

 


L'ENSEMBLE VOCAL FLORILÈGE


Sopranos

Claire Boudreau, Johanne Breton, Josée Latour, Carolle Rondeau et Magali St-Pierre.


Altos

Lucie Baillargeon, Michèle Bélanger, Nicole Bouchard, Suzanne Brouillard et Mireille Champagne,


Ténors

Martine Counoyer, Diane Filiatrault et Jacques Mercier.


Basses

Yves Bouchard, Jacques East, Gilles Morin et André St-Aubin.



LAURÉAT DU PRIX DE LA CULTURE 2011

Lauréat culture 2011